Soirée spéciale avec le Festival Littéraire Lettres d’Automne


Rencontre avec Léonora Miano et ses invitées :

Aminata Aidara, Sofia Aouine, Salomé Berlemont-Gilles et Gaël Octavia.

Rencontre animée par Brice Torrecillas, auteur et journaliste.



Léonora Miano Aminata Aidara Sofia Aouine


Salomé Berlemont-Gilles Gaël Octavia Brice Torrecillas


Depuis la publication de son premier ouvrage jusqu’à son flamboyant roman d’anticipation Rouge impératrice (Grasset, 2019) ou son tout récent essai intitulé Afropea (Grasset, 2020) Léonora Miano s’est imposée, livre après livre, comme une voix incontournable de la littérature francophone contemporaine.

Elle était l’une des invitées d’honneur du 30e festival littéraire Lettres d’Automne qui aurait dû se tenir en novembre dernier à Montauban.

À cette occasion, elle souhaitait partager avec le public du festival quelques-unes de ses lectures coups de coeur et avait donc invité quatre autrices, quatre voix singulières.


Le festival a été annulé quelques jours avant son lancement, mais Léonora Miano, Aminata Aidara, Sofia Aouine, Salomé Berlemont-Gilles et Gaël Octavia ont accepté de se prêter au jeu d’une rencontre inédite et exceptionnelle dans sa forme.

Toutes cinq seront réunies, en visioconférence, pour évoquer les thèmes qui nourrissent leurs imaginaires et irriguent leur écriture.


Cette rencontre, animée par Brice Torrecillas, sera accueillie sur le site des rencontres littéraires en ligne “Un endroit où aller”.

Et nous vous invitons à prolonger ce temps d'échange en découvrant les livres des invitées chez notre libraire partenaire : La femme renard à Montauban.



Léonora Miano est née à Douala, au Cameroun, où elle passe son enfance et son adolescencea vant de s’installer en France, en 1991. Elle vit actuellement au Togo. L’œuvre romanesque de Léonora Miano est travaillée par des thématiques liées aux expériences subsahariennes et afrodescendantes. Elle a obtenu de nombreux prix, parmi lesquels le Goncourt des lycéens en 2006 pour Contours du jour qui vient, le prix Seligmann 2012 (prix consacré à la lutte contre le racisme, l’injustice, l’intolérance) pour Écrits pour la parole, ainsi que le prix Femina, qui lui est décerné en 2013 pour son roman La Saison de l’ombre. Pour l’ensemble de son œuvre, Léonora Miano est lauréate du grand prix littéraire de l’Afrique noire en 2012.

• Afropea : Utopie post-occidentale et post-raciste, Grasset, 2020

• Rouge impératrice, Grasset, 2019


Italo-Sénégalaise, doctorante en Littérature française et comparée, Aminata Aidara s’intéresse, au cours de ses études, au rapport des jeunes générations françaises issues de l’immigration avec les lettres. Elle publie des nouvelles en français et en italien et collabore avec la revue Africultures. En 2018, elle publie son premier roman, Je suis quelqu’un, qui évoque les secrets d'une famille dispersée entre la France et le Sénégal et initie une réflexion sur la question des origines familiales.

• Je suis quelqu’un, Gallimard, 2018


Sofia Aouine est reporter, documentariste et autrice. Elle débute une carrière journalistique après sa rencontre avec une journaliste de RFI lors d’un voyage au Burkina Faso. Son premier roman est publié en 2019 : dans Rhapsodie des oubliés, elle raconte, à travers le regard du jeune Abad, le quotidien d’un quartier et l’odyssée de ceux qui y habitent.

• Rhapsodie des oubliés, La Martinière, 2019


Salomé Berlemont-Gilles a 20 ans lorsqu’elle écrit Argentique après un échange universitaire au Mexique. En 2020, elle publie Le premier qui tombera. Ce premier roman retrace l’histoire d'Hamadi, qui, à 11 ans, quitte la Guinée avec sa famille pour s’installer à Paris. Un petit garçon tendre et fort qui se cognera vite aux murs de notre société.

• Le Premier qui tombera, Grasset, 2020


Gaël Octavia est née à Fort-de-France et vit à Paris. Scientifique de formation, touche-à-tout autodidacte, Elle explore l’écriture, la peinture, la vidéo. Ses pièces de théâtre, lues ou créées en France, aux États-Unis et dans les Caraïbes, sont marquées par la société martiniquaise dans laquelle elle a grandi et questionnent des thématiques universelles, de l’exclusion sociale à la condition féminine.

• La bonne histoire de Madeleine Démétrius, Gallimard, 2020









VOIR LA RENCONTRE



Consultez les avis et partagez le vôtre sur lecteurs.com