top of page

Rencontre spéciale avec les 5 finalistes du Prix Orange du Livre en Afrique 2024



Angelo BAYOCK (Cameroun), Percussions, éditions La croisée des chemins, Maroc

Mouha HARMEL (Tunisie), Siqal, l’antre de l’ogresse, éditions Déméter, Tunisie

Dibakana MANKESSI (Congo), Le psychanalyste de Brazzaville, éditions Les lettres mouchetées, Congo

Hary RABARY (Madagascar), #ZaKoa, éditions Dodo vole, Madagascar

Meryem SELLAMI (Tunisie), Je jalouse la brise du sud sur ton visage, éditions Cérès, Tunisie




Percussions est une fresque schizoïde qui suit les habitants d'un petit village alors qu'ils basculent tour à tour dans la violence et la dépravation. D'un côté : un père de famille dément, sa femme au bord du burn-out, et leur fils adolescent tourmenté par sa liaison avec une femme mariée. De l'autre, leurs voisins : un professeur à la retraite, marginal et incestueux vivant avec son fils dangereusement épris de liberté. Et, au coeur de leurs histoires, une forêt fantomatique où viendront se mêler et se confondre leurs errances et leurs obsessions. Dans une succession de monologues intérieurs aussi captivants qu'étourdissants, ces personnages nous embarquent sans concession dans les recoins les plus sombres de leur esprit, et du nôtre.




Après avoir marqué le chien de garde, Ghyath , du sceau de protection magique, Si Ali part en pèlerinage à la Ville Sainte en laissant ses quatre filles Emna,Yasmine,Aziza et Leyla , dans le village de Chebika, situé près de Tozeur. Surgit alors une ogresse redoutable qui tente de pénétrer dans la demeure et de les dévorer. Malgré la vigilance du chien, Leyla , la plus jeune, disparaît.Alors commencera une quête pour trouver l'antre le monstre et la tarce de Leyla. Inspiré de contes traditionnels tunisiens d'ogres, tels que Sab'a sbeya fi gasbeya ( Sept vierges dans une hutte) et Aicha bin el-Ghoul ( Aicha, fille de l'ogre ), puisant dans les légendes de djinns et de sorcellerie, Siqal, l'antre de l'ogresse est un récit fantastique où , racontés autrement , les contes s'enchâssent comme les poupées russes dans le récit du destin mouvementé des quatre soeurs. Mouha Harmel revisite à sa manière les contes tunisiens de notre enfance en mettant en avant leur face cachée sombre, cruelle et transgressive.





Brazzaville dans les années 60. Le docteur Kaya est le seul psychanalyste de la ville. Sur son divan, il accueille l'élite africaine, ainsi que des européens. Son activité qui attire déjà bien des regards, se trouve encore plus scrutée lorsque l'un de ses patients, le procureur Lazare Matsocota est sauvagement assassiné dans des circonstances non élucidées. En parallèle et à l'insu du thérapeute, sa jeune femme de ménage, la mystérieuse Massolo, vit sur le plan personnel de profonds remous en lien avec le tumulte de l'actualité du pays.

S'inspirant de faits réels, l'auteur explore la construction des consciences individuelles et collectives. En toile de fond, les soubresauts d'une ville en plein essor, épicentre d'un pays à peine sorti de la colonisation et déjà pris dans la nasse de la guerre froide. Un bijou littéraire sur les fondements de la jeune république du Congo...




#ZaKoa, soit la traduction en malagasy de #MeeToo, raconte sous la forme d'une longue lettre à l'agresseur le combat d'une jeune étudiante victime de viol, qui trouve le courage de se battre contre l'opprobre, qui refuse d'endosser la honte. Écrit dans une langue fluide, cette fiction a été nourrie par les nombreux récits que l'autrice a pu entendre dans la cadre de son métier de gynécologue. C'est un ouvrage qui lève le voile sur un sujet brûlant, tabou à Madagascar autant qu'ailleurs.




Elle s'assit sur le bord, observa le mouvement de l'eau. Sentit l'humidité sous ses jambes. Elle était de retour là où tout avait commencé. Voulait comprendre où elle avait failli . Peut-être que la mer saurait le lui dire, elle qui ne l'avait jamais quittée. Ou peut-être qui'il n'y avait rien à comprendre. Qu'elle devait se lever, et avancer au beau milieu de l'eau. C'était cela. II n'y avait Rien. Absolument Rien. Avancer encore. Se laisser engloutir par les flots. Par le Rien. Ne plus en ressortir. Peut-être qu'à ce prix-là, le rien s'anéantirait, enfin. Hajer, une jeune tunisienne étudiante en philosophie poursuit une psychanalyse avec le docteur H. Emportée dans l'euphorie de la Révolution, elle arrête son analyse et décide de se rapprocher des siens. Trois ans plus tard, elle revient vers son analyste et souhaite comprendre ce qui s'était passé. Au cours d"une nuit, les réminiscences d'une liaison vertigineuse accaparent son esprit. Se déploie alors le récit poignant de la chute d'une femme dans les rets d'une relation où elle va s'abandonner jusqu'à en perdre l'équilibre. Les scénes se succèdent et tracent le fil d'une relation tumultueuse avec un homme, avec elle-même, avec sa féminité et son féminisme.





Consultez les avis et partagez le vôtre sur lecteurs.com



Opmerkingen


bottom of page